La qualité, on en parle, mais ça veut dire quoi ? - Les Militantes

La qualité, on en parle, mais ça veut dire quoi ?

Quand on s'habille en 44 et plus, on est bien souvent cantonnée à trouver ses vêtements dans la fast fashion, qui, avouons-le, offre un panel impressionnant. Mais lorsqu'il s'agit de trouver des pièces de qualité, l'histoire est bien plus compliquée.

C'est ce qui m'a motivée à créer Les Militantes. Pourquoi n'aurions-nous droit qu'au "cheap" ? Pourquoi devrions-nous porter des vêtements fabriqués en Inde ou au Bangladesh par des enfants ? Pourquoi n'aurions-nous pas le droit d'être regardantes sur les matières et les finitions ?

C'est ainsi que tout à donc commencé... Et avec cette réflexion, il était évident que la qualité serait le maître mot pour nous. Mais une fois qu'on a dit cela, qu'y a-t-il derrière ?

Alors, prenons la vie d'un vêtement de sa création à sa livraison.

Tout d'abord, il faut trouver une styliste qui connaissent les corps avec des formes. Et par dessus tout une modéliste qui connaissent parfaitement cet univers bien différent de l'univers des tailles 34... Parce que la qualité commence par des coupes adaptées à nos corps, et pas des coupes faites pour des corps filiformes, que l'on agrandirait sans tenir compte de nos spécificités.

Lorsque la modéliste a travaillé son prototype, nous sommes 2 à l'essayer. 2 personnes qui font la même taille, mais avec des morphologies totalement différentes. Moi, plutôt en H, et mon acolyte, plutôt en 8. Chaque prototype est essayé autant de fois que nécessaire pour qu'il puisse convenir à nos 2 morphologies. C'est ainsi qu'au premier essayage de pantalon, il nous a fallu 30 secondes pour décider que tous les pantalons des Militantes seraient confectionnés en 2 morphologies différentes par taille. 

Autre point ô combien essentiel, le choix des tissus et des fournitures. Il a fallu en toucher, en regarder et en soupeser des centaines avant de trouver ce que l'on cherchait... Des étoffes lourdes mais fluides, opaques et souples. Des crêpes, des gabardines, du coton-cachemire, de la laine-cachemire... On sait tout de suite en les voyant que ce sont celles que l'on veut... On sait aussi, que quand on s'habille au-delà du 44, on n'a jamais vraiment eu accès à tout cela. Et comme on veut du beau, alors, pas de boutons en plastique. Vive la nacre et le corozo !

Pour les pièces en tissus, elles sont confectionnées dans des ateliers parisiens, ce qui nous permet de nous rendre sur place autant de fois que nécessaire pour s'assurer que tout est fait dans les règles de l'art. On regarde chaque finition, on s'assure qu'il n'y a pas de petits fils qui dépassent, que le tissu ne s'effiloche pas, que les boutonnières sont bien faites, que la couture est solide. Pour les pièces en maille, réalisées au Portugal, on s'est assuré que le contrôle qualité est continu dans l'atelier. On travaille les prototypes en collaboration directe avec l'atelier, qui, après validation, nous fait parvenir les "premiers de série" de chaque modèle pour qu'on valide la qualité avant lancement de la production finale. Cela nous permet d'avoir un "étalon de qualité", et si la production n'est pas identique à ce qui a été validé, de refaire.

Et une fois que tout cela est fabriqué, on prend grand soin des emballages, l'écrin de votre commande. A ce sujet, on ne vous en dit pas plus. Il faut tout de même garder quelques surprises... 

7 commentaires

C’est avec du retard que je découvre votre commentaire Monique. Je vous remercie énormément pour vos encouragements, et je suis certaine, que contrairement à ce que vous pensez, vous n’êtes pas trop âgée pour accéder à notre collection. Je pense que vous pourriez y trouver des pépites. Encore 1000 mercis

Nathalie - Les Militantes

Bravo à vous pour ce magnifique projet qui va concerner beaucoup de femmes de tous âges. Dommage pour moi je suis trop âgée mais il me tarde de découvrir vos projets.

Monique

Laisser un commentaire